© Mickaël Hull

Entretien : MAÏA MAZAURETTE

La journaliste Maïa Mazaurette, experte en questions sentimentales et sexuelles, ne se contente pas d’explorer avec malice la carte du Tendre. Elle se penche aussi sur les cartes géographiques qui lui inspirent des périples plutôt en solo. Questions autour de l’amour et du voyage. 

Maïa Mazaurette
© Mickaël Hull

Les vacances, c’est le temps de l’amour ?

Pas pour moi. Je suis très occupée en vacances, c’est mon côté psychorigide. Il faut que je voie tous les paysages, que je mange toutes les nourritures, que j’essaye toutes les plages… quand les villes m’engagent émotionnellement, je ne suis pas forcément sûre d’avoir la place pour aimer quelqu’un en plus. J’ai les vacances très studieuses ! Quand je rentre de vacances, la première chose que j’ai besoin de faire, c’est me reposer. C’est à ce moment-là que je vais être disponible à l’amour. Donc quand je suis très obsédée par une ville, j’ai un besoin d’être tranquille et qu’on me fiche la paix !

Une ville dont tu es tombée amoureuse ?

Kiev. J’ai vraiment adoré cette ville. J’ai une belle-sœur ukrainienne alors j’ai eu la chance d’y aller en famille. Évidemment, j’ai eu une grande nostalgie quand l’invasion russe s’est produite. Je ne veux pas que les Russes me privent de cette amante-là qui est Kiev. C’est à la fois très proche et très différent de nous. Je me souviens de ces filles très jolies. C’est un peu le cliché de l’Ukrainienne, mais c’est tellement vrai. Je les vois encore marcher avec leurs talons aiguilles dans cette ville qui grimpe pas mal. Il faut avoir de bons mollets pour visiter Kiev !

Quels sont les clichés sexuels les plus gratinés ?

Il y en a plein. Le plus affligeant c’est tout ce qu’on entend sur l’Afrique (sauvagerie sexuelle) et le Maghreb (danger sexuel). C’est fou d’en arriver encore là aujourd’hui… On arrive à un tel niveau de racisme. Je suis aussi très désolée pour un ami vietnamien. Les Asiatiques sont perçus comme de mauvais amants, avec un sexe de petite taille… Il n’existe pas de bons clichés sexuels. Il faut se méfier de tout ça.

Maïa Mazaurette
© Mickaël Hull

Retrouvez l’ensemble de cet entretien dans AR64, et Maïa Mazaurette dans l’émission « Jusqu’ici, tout va bien » sur France Inter.

Partager
Écrit par
Sandrine Mercier
Voir tous les articles