Frisson de béton sur les bords du Léman

 

La direction voulait un bâtiment emblématique : l’EPFL (ou école polytechnique fédérale de Lausanne) est réputée pour l’excellence de son enseignement mais manquait singulièrement d’identité architecturale. Avec le “Rolex Learning Center“, au centre du campus, la mission est accomplie. Depuis son ouverture, il ne récolte qu’éloges et récompenses ; ses concepteurs, le duo japonais de l’agence Sanaa, ont obtenu le prix Pritzker dans la foulée. A l’ouest de Lausanne, sur un campus plutôt ingrat, mais proche du lac Léman, ils ont posé un objet étrange, rectangle blanc de béton ondulé (le clapotis du l’eau ? ) parsemé de trous : 14 patios circulaires qui assurent lumière naturelle et espaces extérieurs conviviaux. S’il couvre plus de 20 000 m2, le bâtiment est mince, un seul étage , il se détache du sol pour assurer des passages par en-dessous. A l’intérieur, des promenades en pente douce (les collines du pays de Vaud ?), un minimum de cloisons, mais des espaces délimités par les variations de niveaux. Un ascenseur incliné – type funiculaire- vient aider dans les montées les plus raides. Un vrai casse-tête pour les ingénieurs qui ont du calculer la structure “fluide” du bâtiment. Le Rolex Learning Center abrite d’abord la bibliothèque de l’EPFL (500 000 volumes), mais aussi un amphi de 600 places, et surtout il multiplie les espaces de rencontres et les bulles de travail dans une ambiance blanche et grise. Café et restaurant gastronomique sont ouverts à tous, car le Rolex Learning Center attire désormais curieux et amateurs d’architecture.

Partager
Écrit par
Jean-Luc Eyguesier
Voir tous les articles