Cap Vert – Une montagne à la mer

 

Entre l’Afrique et le Brésil, une dizaine d’îles forment un pays : le Cap-Vert. Chacune a son caractère. São Vicente est connue comme l’île des arts et surtout pour sa capitale, Mindelo, où l’on sait faire la fête. De là, il est facile de se rendre à Santo Antão, l’île-montagne pavoisée de vert. S’il faut de bonnes jambes pour danser sur la première, celles-ci ne seront pas inutiles sur la seconde où il faut tôt ou tard marcher faute de routes et c’est d’ailleurs pour ça qu’on l’aime.

 

Et dire que j’étais déjà allé en Macaronésie et que je l’ignorais ! Ce jour-là en atterrissant sur un morceau de lune perdu dans l’océan atlantique au large des côtes du Sénégal, j’apprenais de la bouche d’un voyageur averti que je m’y rendais en fait pour la troisième fois. Après les Canaries et les Açores, le Cap-Vert tombait dans mon escarcelle. Il ne manquait plus désormais que Madère pour compléter ma collection d’îles de la Macaronésie, mais on verrait ça plus tard. Pour le moment je posais le pied à São Vicente, l’une des dix îles qui composent l’archipel du Cap-Vert et je me demandais où l’on avait bien pu trouver du vert pour justifier une telle appellation. À perte de vue s’étendaient des terres ocre comme cuites au four, pelées et desséchées. Ce Cap-Vert avait tout du faussaire. (…) Lire la suite dans AR27

 

 

Photographe : Christophe Migeon
Partager
Écrit par
Albert Zadar
Voir tous les articles