Laos – Luang Prabang, mon amour

Est-ce la fréquentation du paisible Mékong et de son aimable affluent, la Nam Khan, qui encourage Luang Prabang aux ruelles bordées de maisons en bois traditionnelles à cultiver une certaine nonchalance ? Au marché, les vendeurs au sourire immuable ne vous alpaguent pas afin de vous vendre leurs produits, dans les rues dépourvues de feux de circulation les scooters conduisent sans jamais klaxonner et vous invitent même à traverser devant eux. Ici, rien ne presse. Ne dit-on pas en plaisantant que « le Cambodgien plante le riz, le Laotien le regarde pousser et le Vietnamien le vend » ?

Il est 5 h à Luang Prabang

Chaque jour, au lever du soleil, c’est le même rituel, appelé Tak Bat : des centaines de moines qui ont fait vœu de pauvreté avancent en file indienne dans les rues pour recevoir l’aumône, soit un peu de nourriture pour la journée. Des femmes agenouillées sur le trottoir ou assises sur de petits tabourets en plastique ont retiré leurs chaussures et mis sur leurs épaules une écharpe blanche en signe de respect. Dans les bols présentés par les moines, elles déposent délicatement des boulettes de riz ou des gâteaux. (…)

Lire la suite dans AR51

Photographe : Martin Bertrand
Partager
Écrit par
Sandrine Mercier
Voir tous les articles