Sri Lanka – L’autre île de Beauté

 

Au sud de l’Inde, on trouve une île en forme de larme. C’est l’ancienne Ceylan qui en 1972 a retrouvé son nom de Lanka auquel fut accolé Sri, mot qui marque le respect. Du respect, Cinghalais et Tamouls n’allaient pas s’en témoigner beaucoup au cours d’une guerre sanglante de près de trente ans opposant l’organisation séparatiste des Tigres tamouls à l’armée sri-lankaise. Depuis 2009, les armes se sont tues. Découverte d’un pays et d’une région où les sourires ont fini par remplacer les larmes.

 

Nicolas Bouvier, l’écrivain genevois, auteur du célèbre livre L’usage du monde, a fait escale au Sri Lanka dans les années cinquante alors qu’il reliait Genève à Tokyo en Fiat Topolino. Échouant dans une misérable auberge de Galle (sud du pays) à une roupie la nuit, usé par la malaria et la jaunisse, il ne verra de l’île quasiment rien, passant le plus clair de son temps dans sa soupente en compagnie d’un régiment hétéroclite d’insectes assez bonne pâte pour prêter l’oreille à ses paroles délirantes tout en se frottant d’un air distrait élytres ou antennes. Longtemps plus tard, cet épisode de désespoir lui inspirera un livre, Le Poisson-Scorpion, qui n’est pas à proprement parler l’introduction la plus flamboyante à une île qui aujourd’hui s’affiche radieuse dans les catalogues de voyage. « On ne voyage pas pour se garnir d’exotisme et d’anecdotes comme un sapin de Noël, mais pour que la route vous plume, vous rince, vous essore, vous rende comme ces serviettes élimées par les lessives qu’on vous tend avec un éclat de savon dans les bordels », assène Bouvier. Beau programme qui n’est pas à la portée ni du goût de tout le monde, on en conviendra. (…)

 

Lire la suite dans AR25

 

Photographe : Jeremy Suyker
Partager
Écrit par
Jeremy Suyker
Voir tous les articles