Seoullo 7017, les jardin suspendus de Séoul

Dans une ville envahie par l’automobile, le jardin « Seoullo 7017 » est un symbole fort. Son nom mystérieux se traduit par « vers Séoul » ou « la rue de Séoul », 70 marque l’année de la construction et 17 celui de la renaissance. Il s’étire sur près d’un kilomètre à 16 mètres au-dessus du sol sur des pilotis de béton. Une grosse part des travaux (40 % du budget) a d’ailleurs consisté en des travaux de renforcement de la structure classée dangereuse et fermée à la circulation depuis des années. Les aménageurs ont multiplié les accès vers les rues environnantes, mais aussi vers quelques hôtels et immeubles de bureaux mitoyens.

1 kilomètre de long, 228 plantes, 52 millions de dollars

Pour ce projet floral hors norme, les Coréens sont allés chercher un Néerlandais, Winy Maas, et son cabinet MVRDV de Rotterdam. En deux ans et pour la somme de 52 millions USD, celui-ci a livré un jardin urbain au caractère factice où dans des pots de toutes tailles, 228 plantes appartenant au patrimoine naturel de la Corée du Sud s’épanouissent. Il est déjà prévu que les éléments devenus trop grands seront transportés dans d’autres espaces verts. Comme les plantes sont regroupées par famille, la promenade est en fait une collection de petits jardins à l’ambiance très différente. Elle est aussi ouverte la nuit. Elle se pare alors de bleu, une lumière compatible avec le repos des végétaux.

Seoul

La Corée, première de cordée ?

Dans les années 60 et 70, la capitale de la Corée du Sud, dévastée par la guerre, s’est dotée de dizaines d’autoponts et autoroutes. Une soumission totale aux véhicules à moteur qui a peu d’équivalents en Europe. Parallèlement, la population passait de 1 million en 1950 à 10 millions aujourd’hui, générant une densité extrême qui dépasse celle de New York. Résultat : un désastre urbain que depuis quelques années les responsables s’efforcent de corriger. Il y a 10 ans, la ville a détruit une autoroute de 14 voies pour mettre au jour une rivière et aménager une promenade serpentant à travers le centre-ville. Seoullo 7017 est une manière encore plus futée d’utiliser le bâti existant pour refaire de la ville… et redonner de la place aux piétons. Après l’électronique et les voitures, la Corée du Sud va-t-elle aussi se placer en pointe en matière d’urbanisme ?

Partager
Écrit par
Jean-Luc Eyguesier
Voir tous les articles