Notre sélection cinéma pour le printemps - A/R Magazine voyageur 2019

Notre sélection cinéma pour le printemps

Les étendues imaginaires – Singapour

 

Au commencement est l’enquête que mène l’inspecteur de police Lok autour de la disparition de Wang, un travailleur immigré chinois du chantier d’aménagement du littoral. Au fil des jours, toutes les pistes amènent le policier dans un cybercafé nocturne, tenu par Mindy, étrange jeune femme que le disparu fréquentait pour briser sa solitude durant ses nuits d’insomnie. Ainsi va le cœur battant du film du cinéaste singapourien Yeo Siew Hua. Avec en premier lieu une formidable attention aux lieux sinon du crime du moins du film et notamment ce littoral artificiel en constante évolution : à Singapour, on ne cesse de remplir la mer avec du sable pour accroître la superficie et gagner du terrain. Or, la majorité du sable utilisé est importée tout comme la majorité des ouvriers embauchés sur place sont des travailleurs migrants. C’est ce contexte géographique, humain, social, économique si particulier qui sert donc de toile de fond à ce film qui n’hésite pas à mélanger les genres. Le spectateur est ainsi prié d’abandonner ses plates certitudes pour se laisser guider dans un labyrinthe dont seul le cinéaste connaît le plan intime. Et ce d’autant plus que la grande majorité des scènes se déroulent dans des décors nocturnes hantés par des habitants qui vivent la nuit ou la traversent comme des fantômes insomniaques. Sans parler de la mousson, elle aussi omniprésente, et qui plonge tout le film ou presque dans un climat humide cher aux films noirs traditionnels. La nuit, la pluie… Yeo Siew Hua manie avec brio les codes visuels et sensoriels comme pour mieux nous embarquer dans ce récit initiatique. Au bout du compte et du conte, on trouvera un chemin, comme les protagonistes, celui du rêve et des métamorphoses. L’expression d’un ailleurs imaginaire, l’assurance qu’une autre vie, meilleure, est possible. À condition d’entrer dans le rêve, semble nous dire ce cinéaste surdoué, créateur d’images et de sons inoubliables, porteur d’un imaginaire qu’il sait subtilement déployer et faire partager ensuite. C’est dire si on attend avec impatience son prochain film.

 

Les étendues imaginaires

Un film de Yeo Siew Hua

Sortie le 6 mars 2019

 

Notre sélection cinéma pour le printemps - A/R Magazine voyageur 2019

 

 

Santiago – Italie

 

« Je ne suis pas objectif », dit Nanni Moretti à un moment crucial du documentaire qu’il consacre au Chili d’Allende et de Pinochet. Le cinéaste italien avec l’intelligence qu’on lui connaît revient sur ce coup d’État où tout a basculé, où tant de rêves et d’espoirs se sont brisés et pas seulement dans ce morceau d’Amérique du Sud. En allant à la rencontre de celles et ceux qui ont vécu, parfois dans leur chair, cette tragédie, Moretti nous donne au final l’un de ses films les plus bouleversants et les plus intimes également.

 

Santiago

Un film de Nanni Moretti

Sortie le 27 février 2019

 

 

Notre sélection cinéma pour le printemps - A/R Magazine voyageur 2019

 

 

Still recording – Syrie

 

Deux étudiants ont filmé pendant quatre ans le terrible quotidien d’une ville syrienne, Douma, entre les bombardements et les privations de toutes sortes. Ensemble, ils font le portrait d’une ville dévastée, mais vivante, à l’image de ces enfants qui jouent dans les immeubles en ruines sur lesquelles naissent d’immenses tags. Ici aussi, comme ailleurs, on rit et on pleure dans un même mouvement d’humanité que les deux cinéastes rendent à la perfection, faisant naître et l’émotion et le vertige devant des réalités insupportables qui semblent pourtant ne pas avoir de fin.

 

Still recording

Un film de Saeed Al Batal et Ghiath Ayoub

Sortie le 27 mars 2019

 

 

Notre sélection cinéma pour le printemps - A/R Magazine voyageur 2019

 

 

En savoir plus dans AR45

Partager
Écrit par
Laurent Delmas
Voir tous les articles