Dar Sabra

 

 Marrakech

 

C’est bien la pire peine de ne savoir pourquoi sans amour et sans haine mon cœur a tant de peine. Le petit Paul Verlaine n’aurait jamais écrit ses lignes débordantes de désespoir s’il avait passé un peu de temps dans la douce Marrakech, en particulier au Dar Sabra. Là, il aurait vécu des heures exquises dans un lieu très contemporain en rupture avec la tradition. Piscines, palmiers, sculptures éparpillées dans le parc, comment résister au charme quand il jaillit de toutes parts. Si en plus, Arthur était passé par là, Paul aurait vraiment vu la vie en rose.

 

www.darsabra-marrakech.net

Partager
Écrit par
Michel Fonovich
Voir tous les articles