Okinawa – Aux confins du Japon

 

Les Îles Riouquoi ? Les Îles Ryukyu. Il n’y a guère que les gourmands d’atlas, les fondus de toponymie extrême pour connaître cette guirlande de 160 îles et îlots qui pendouille sur 1 100 km de long entre le sud du Japon et Taïwan. Des confettis aux noms aussi chantants que des marques de savon : Okinawa, Miyako, ou Yonaguni… Voilà, les présentations sont faites. Pour lier connaissance, il va falloir lire la suite.

 

Le Royaume de Ryukyu a longtemps joué les fortes têtes. Après avoir pendant des siècles mangé au râtelier chinois et nippon, ce petit peuple de marins hardis, brouteurs d’algues et croqueurs de patates douces, fait la grimace lorsque 3 000 samouraïs débarquent en 1609 à Okinawa et réclament leur soumission. C’en est fait de la belle indépendance des Ryukyu. Les voilà Japonais et ils ne s’en sont toujours pas remis. La préfecture d’Okinawa (moitié sud de l’archipel) a toujours été la plus misérable du Japon, cumulant les plus faibles salaires et le plus fort taux de chômage. En matière de statistiques, seule la longévité semble un peu plus flatteuse – les femmes d’Okinawa se placent troisièmes sur 47 préfectures avec 87,02 ans en moyenne, mais les hommes plombent le classement en arrivant trentièmes avec 79,4 ans. On est en tout cas bien loin de la pépinière de fougueux centenaires sous perfusion de tofu chantée par le business de la diététique. (…)

 

 

Lire la suite dans AR20

 

Photographe : Christophe Migeon
Partager
Écrit par
Christophe Migeon
Voir tous les articles