Antalya, pourquoi pas ?

 

Un séjour tout inclus sur la Riviera turque. Qu’allais-je donc faire dans cette galère ? Finalement, tout s’est très bien passé à ma grande surprise.

 

Cher Aller/Retour,

Je dois t’avouer que je t’écris d’Antalya où j’ai opté pour une semaine de vacances en tout inclus. Oui, tu as bien lu : en tout inclus, la formule buffet à volonté avec des retraités flapis qui font tomber leur dentier dans les plats de taboulé. Le tourisme canalisé dans ce qu’il a de plus pur, l’antithèse du voyage. Je pourrais te raconter que je poursuis ainsi ma recherche anthropologique sur la diversité touristique, mais je ne vais pas t’enfumer : je voulais juste me reposer au soleil pour pas cher avec ma meuf, qui était moyennement partante pour un trip sac à dos en Amazonie, sous prétexte qu’elle est enceinte.

 

Une première rencontre

Antalya est l’une des plus importantes destinations balnéaires de Turquie et j’étais terrifié à l’idée de me retrouver dans une sorte de Grande-Motte ottomane avec des hôtels monstrueux défigurant la côte. Ce n’est pas si terrible que ça. Antalya est une ville pimpante et dotée d’un centre historique très choupinou. On y contemple les monts du Taurus (majestueux) depuis les hautes falaises chutant dans une mer idyllique et propice à la baignade en plein novembre. Les environs ne manquent pas de ruines antiques nous rappelant que nous sommes bien peu de choses à l’échelle de l’Histoire. (…)

 

Lire la suite dans AR 21.

Partager
Écrit par
Julien Blanc-Gras

Né en 1976, Julien Blanc-Gras est un écrivain et journaliste-reporter.
Après des études de journalisme à Grenoble, il obtient un DEUG d’histoire puis une maîtrise en journalisme, puis à Hull en Angleterre.

En 2005, il publie au Diable vauvert, « Gringoland », qui conte un périple latino-américain et sera ensuite lauréat du festival du Premier Roman de Chambéry et « Talents à découvrir » des librairies Cultura.

En 2008, il publie « Comment devenir un dieu vivant », une comédie apocalyptique déjantée, puis « Touriste » en 2011, et « Géorama » en 2014.

Il a également séjourné aux îles Kiribati à l’automne 2011 pour réaliser son livre, « Paradis (avant liquidation) » (2013).

Voir tous les articles