À Ubud je boude

Encensée par les guides de voyage, Ubud, la capitale culturelle de Bali,  aurait pu être une échappatoire à l’ennui de Kuta vouée au tourisme de masse depuis sa découverte par quelques hippies dans les années 50. Hélas ! le business du tourisme est aussi passé par là.

Deux jours que nous sommes sur la plage de Kuta à Bali. Ras le bol. Il est temps de partir. Le Lonely Planet et le Guide du Routard disent d’Ubud qu’elle est “l’autre visage du tourisme”, “le noyau de l’art balinais » et le « conservatoire des traditions”. Pas de doute, c’est là qu’il faut aller. Comme la plupart des routards, j’emprunte un bémo, le taxi collectif indonésien. Le choix de ses voisins peut s’avérer crucial car le trajet s’effectue le plus souvent dans une ambiance très collé-serré après le remplissage optimal du véhicule.
À peine descendu à Ubud, encore sous l’émotion de quitter John, Sarah et Ulrich qui finalement n’étaient pas si lourds sur mes genoux, des rabatteurs nous alpaguent : “Cheap hotel, hot water, swimming pool” (…)
Partager
Écrit par
Albert Zadar
Voir tous les articles