Désirs de Thaïlande

Les Français en pincent pour la Thaïlande. Qu’ils soient amateurs de plages, arpenteurs de temples, oiseaux de nuit ou randonneurs de pleine nature, en couple ou en famille, ils ont fait de ce pays l’une de leurs destinations favorites. Cet été, plus que jamais, un vent de liberté les pousse à la découverte de pépites encore méconnues.

Bangkok, de la tradition à l’effervescence

Les Thaïlandais préfèrent nommer leur capitale Krung Thep, la cité des anges. Une toponymie céleste qu’on pourrait attribuer aujourd’hui à cette indéfinissable et subtile fusion entre passé et modernité. D’un côté, la quiétude de l’eau assoupie le long des klongs, ces canaux semés de marchés flottants et de maisonnettes sur pilotis qui font de Bangkok la “Venise de l’Orient, ou la douceur apaisante des Bouddhas sous les temples cornus ruisselants de dorures. De l’autre, l’étincelante forêt des tours de verre à l’architecture audacieuse, leurs skywalks, passerelles aussi aériennes que le métro, suspendues au-dessus du tumulte des tuk-tuks, leurs vertigineux toits-terrasses où le soir venu, un verre à la main autour de la piscine on voit toute la ville illuminée sombrer dans l’encre de la nuit. Bangkok ne dort jamais…

Voyage dans le temps

Avant Bangkok, deux grandes cités ont joué un rôle majeur dans la longue histoire du royaume de Siam. Sukhothaï, première capitale fondée en 1238, égrène ses temples et ses stupas de briques dans la grande plaine centrale. Longtemps abandonnés à la jungle, les monuments ont été soigneusement restaurés, classés par l’UNESCO et se découvrent à bicyclette. Fondée par le roi Uthong, la cité prospère d’Ayutthaya, à seulement 80 km de Bangkok, prend le dessus sur sa rivale vers 1350 et verra se succéder 33 rois et plusieurs dynasties avant d’être entièrement détruite par les Birmans au XVIIIe siècle. Ses tours reliquaires et ses gigantesques monastères bouddhiques encore étreints par les racines des banians constituent l’un des plus beaux sites archéologiques d’Asie du sud-est.

Hello, le soleil brille à Kanchanaburi

Dans l’ouest de la Thaïlande, à Kanchanaburi près de la frontière birmane, un pont aux poutrelles d’acier et aux piliers de béton enjambe la rivière Kwaï Yai juste avant son confluent avec la Kwaï Noi. Bombardé pendant la guerre, l’ouvrage originel construit en bois en 1942 par 61 000 prisonniers de guerre alliés et 270 000 civils thaïlandais a su se faire un nom au cinéma et survit encore à sa légende. Si ces malheureux ont connu l’enfer, les visiteurs d’aujourd’hui découvrent non loin de là un paradis de vasques turquoise dans le parc national d’Erawan : comment résister à l’envie de plonger dans l’une des sept piscines naturelles de sa grande cascade blottie dans un écrin de forêt luxuriante ?

L’apprentissage de la jungle

Le nord de l’ancien royaume de Siam couvert de forêts denses et peuplés de tribus montagnardes cultive encore le mythe d’une région sauvage. Dans ces montagnes, la terre est réputée si fertile qu’un dicton affirme que « lorsqu’on plante une allumette, un arbre finit par pousser à la place. » Chiang mai, l’ancienne capitale du royaume de Lanna, est l’une des deux meilleures bases arrière pour partir à la découverte de la jungle sur l’un des nombreux sentiers qui sillonnent la région. À 2h30 de voiture plus au nord, Chiang Rai, à proximité du Triangle d’Or, fleure encore plus l’aventure. Wat Rong Khun, un temple d’un blanc immaculé, restauré non sans fantaisie par l’artiste Chalermchai, ne peut manquer d’illuminer le voyage.

Plages royales

Pour côtoyer les Thaïlandais en vacances, direction Cha-am à 2 heures à peine de la frénétique Bangkok. Sa longue plage de 6 km de long est la plage préférée des vacanciers thaïs qui viennent y étendre leur serviette le week-end. Le reste de la semaine, le village somnole autour de son petit port propice aux dégustations de poissons et de fruits de mer à l’ombre des parasols. Ses hébergements et restaurants bon marché lui valent une réputation de station populaire et authentique. Les clubbeurs et autres amateurs de vie nocturne préféreront pousser 25 km plus au sud, jusqu’à la très huppée Hua Hin, rendez-vous de la bourgeoisie bangkokienne. À mi-chemin entre les deux, la visite du palais d’été royal construit tout en teck par Rama VI en 1923 est une rafraîchissante alternative à la bronzette sur sable fin..

Pattaya, le jour et la nuit

Faut-il encore présenter Pattaya, première station balnéaire du pays et ville la plus visitée du pays après Bangkok ? Sans doute, car elle ne saurait se résumer à sa Walking Street émaillés de cabarets et de salons de bien-être. La journée, Pattaya dévoile son côté paisible et familial comme dans le quartier de Jomtien et sa plage prisée par les surfeurs, dans la verdure des jardins de Nong Nooch, élu comme l’un des dix plus beaux jardins du monde ou au pied du grand Bouddha qui trône au sommet de la colline Pratumnak. Tout autour de la ville, les golfeurs peuvent arpenter les pelouses de 17 parcours de catégorie internationale, tandis qu’au large de la baie les îles de Koh Pai, Koh Man Wichai, Koh Larn ou Koh Lin, attendent la visite des plongeurs. Pour des activités ludiques avec les enfants, 5 grands parcs d’attractions aquatiques promettent glissades géantes et sensations fortes. Il faut compter aussi sur le Sanctuaire de la vérité, installé au bord de la mer, remarquable pour son architecture ancienne entièrement construite en bois, sans clou, ni vis. Pour ceux qui préfèrent admirer des lignes modernes, rien ne vaut des balades dans les marinas où sont amarrés yachts privés et bateaux de plaisance. Pour se faire plaisir, des hôtels de luxe comme Na Jomtien, Veranda MGallery, Renaissance, Mövenpick, Ravindra Beach Resort, Sea Sand Sun Resort & Villas dispensent délicatesse et attention en bord de plage.Et le tout à moins de 150 km de la capitale

Le chant des gibbons à Khao Sok

Tout au sud du pays, à mi-chemin entre la mer des Andaman et le golfe de Thaïlande, le parc national de Khao Sok abrite depuis 1981 l’une des plus vieilles forêts tropicales humides du monde. 740 km2 de forêt vierge copieusement arrosés par les moussons soufflées des deux mers invitent à l’immersion le long de sentiers balisés ou de rivières aux reflets bleu vert. À bord d’un canoë ou sur un rafting de bambou, la randonnée se fait amphibie parfois jusqu’aux tréfonds de grottes mystérieuses creusées dans le calcaire. À moins d’embarquer sur un long-tail boat pour sillonner le grand lac de Cheow Lan au milieu d’une centaine de pitons karstiques coiffés d’une végétation opiniâtre. L’émotion vous saisit au petit matin lorsque la brume s’attarde en rêves ouatés au-dessus de la surface et que les gibbons poussent leur cri flûté.

Les pépites du Golfe

Cet été, avis de beau temps sur les îles de l’archipel de Chumphon. Koh Samui, la plus grande d’entre elles, accueille un grand nombre d’amoureux en voyage de noces ou de familles attirées par ses plages frangées de cocotiers et son intérieur montagneux propice aux excursions. Mais elle est surtout le point de départ de belles échappées vers ses voisines du nord, la très sauvage Koh Phan Ngan, ensevelie sous un fatras de jungle et la petite Koh Tao bordée d’aguichants fonds sous-marins. À l’ouest, l’archipel de Mou Koh Ang Thong, protégé depuis 1980 par un parc national marin, déploie son armada d’îlots rocheux saupoudrés de jungle et d’oiseaux de mer.

Sous le clavier, la plage

Si le mouvement s’est amorcé depuis quelques années, la pandémie de Covid a donné un coup d’accélérateur au phénomène du télétravail. La Thaïlande est devenue l’un des points de chute préférés des nomades numériques, ces Occidentaux susceptibles d’installer leur bureau où bon leur semble du moment que le wifi soit performant et le coût de la vie, modéré. Traders, rédacteurs web, community managers ou thérapeutes en ligne ont ainsi ouvert leurs portables à Bangkok ou Chiang Mai, pour ne citer que deux de leurs destinations préférées, attirés par les faibles loyers, une street food succulente et variée ainsi que des espaces de co-travail conviviaux.

Une politique de visas attrayante

45 jours sans visa et pour rester plus longtemps, on peut obtenir un visa de 60 jours, renouvelable 30 jours sur place. Il existe aussi un visa long séjour, le STV (Special Tourist Visa) valable 90 jours et renouvelable 2 fois sur place ce qui permet de rester jusqu’à 9 mois dans le pays sans avoir à sortir du territoire.

Plus d’infos : www.thaiembassy.fr et www.ma-thailande.fr

Mesures Post-Covid : Réouverture de Phuket

A partir du 1er juillet 2021, les personnes vaccinées pourront visiter Phuket et les îles alentour sans passer par la case quarantaine. Pour une arrivée en douceur, le nouvel Intercontinental sur la très belle plage de Kamala s’impose. De là flânez dans la ville ancienne, visitez les villages de pêcheurs sur la côte est ou faites un saut sur une des merveilleuses îles de la mer d’Andaman ( Ko Yao, Ko Phi Phi…). Après sept jours dans la région, vous pourrez partir à la découverte du royaume sans oublier de mettre dans votre poche le Guide Michelin Thaïlande 2021.

Crédit photo: Adobe Stock

S’abonner à AR

Partager
Écrit par
Sandrine Mercier
Voir tous les articles