Entretien avec deux artistes québécoises culottées, qui parcourt le monde pour célébrer la beauté des fesses féminines - A/R Magazine voyageur 2018

1001 Fesses : un tour du monde des fessiers

Qui a les plus belles fesses de la planète ?

 

Emilie Mercier : À vrai dire, on ne s’est pas posé la question ! On ne fait pas de casting, elles sont toutes belles les fesses. C’est justement l’essence même du projet, faire cesser cette compétition entre les femmes afin que chacune s’apprécie et se réapproprie son corps. Tous les culs ont du charme. Qu’ils soient ronds, pâles, en forme de goutte, blancs ou avec des traces de culottes. Nous, on ne fait que les montrer sous leur meilleur jour, au moyen du cadrage, de la lumière, de l’environnement…

 

Quel environnement pour une photo de paire de fesses réussie ?

 

Frédérique Marseille : Je dirais que ça dépend du pays. Au Québec et au Canada, le territoire est très présent, il y a de gigantesques étendues vides d’habitations. La France est beaucoup plus peuplée, on a davantage fait de l’intérieur, même si on a rencontré des sujets au bois de Vincennes, à la dune du Pyla ou dans les vignes près de Saint-Rémy de Provence…

 

E. M : Le choix revient également au modèle. Il faut que le lieu lui ressemble. Nous, on fait des suggestions, et on voit ce que ça donne. C’est un processus assez organique et naturel qui laisse une grande part au hasard, qui célèbre la diversité des profils et du monde.

 

Comment faites-vous pour mettre le modèle en confiance ?

 

E.M: On fait en sorte de créer le plus de liens possibles avec les femmes. De les rencontrer avant et, si l’occasion se présente, de passer une soirée ensemble. L’idéal, c’est lorsque l’on est hébergé chez elles la veille.

 

F.M : On fait en sorte d’être le plus disponible possible, de créer un vrai rapport avec nos modèles. On parle de nous, aussi. On se met à nu, en quelque sorte, pour instaurer un climat d’égalité. Et puis ça colle bien avec notre vision du voyage et nos personnalités.

 

E.M : Même si on se rend compte, après ces deux semaines passées à parcourir la France, que ça requiert beaucoup d’énergie et qu’on ne peut pas rencontrer tout le monde. C’est important pour nous d’avoir aussi un temps de digestion, pour respecter nos sujets.

 

Quel pays et quels popotins à l’horizon ?

 

F.M : On va rentrer à la maison faire développer nos photos et recharger nos propres batteries avant de repartir prochainement à New York. Et puis ce sera le Mexique et la Finlande ! 

 

Toutes les infos sur le projet 1001 Fesses

 

Lire la suite dans AR41

Partager
Écrit par
Jérémie Vaudaux
Voir tous les articles