Notre sélection musicale de l'été - A/R Magazine voyageur 2018

Carnet sonore : notre sélection musicale de l’été

Bombino, 
Deran
 – Partisan Records

 

Quelques notes de guitare âpres, d’abord crépitantes, comme lorsqu’on branche un instrument, puis plus précises. Elles se répètent, enflent et des clappements de mains les aident à prendre la forme d’un riff homérique ; une batterie vient souligner son rythme tournoyant ; une voix forte et troublante entonne finalement d’insondables vers en tamasheq. Bienvenue au désert, dans l’univers de Bombino, touareg au passeport nigérien, mais à la renommée internationale. Sa musique est une oasis où l’air est à la fois brûlant et rafraîchissant. Passez y planter votre tente… http://partisanrecords.com/artist/bombino/ 

 

Bombino, 
Deran
 - Partisan Records

 

Sonido Gallo Negro, 
Mambo cosmico
 – Glitterbeat

 

L’être humain ne quittera probablement jamais le système solaire ; ses fusées ne sont pas assez rapides. Mais, en musique, il peut tout faire, comme relire avec des yeux d’extra-terrestres 70 ans de musique latine. Un ingénieux orchestre mexicain s’y emploie, à grand renfort de claviers vrombissants et de guitares aigres-douces. Décollages impétueux, mises en orbite mélodiques, suivies de longs vols planés… l’ensemble n’est pas toujours propice à la danse. Mais, bon, vous avez déjà essayé de gigoter en combinaison spatiale, vous ? http://glitterbeat.com/artists/sonido-gallo-negro/

 

Sonido Gallo Negro, 
Mambo cosmico
 - Glitterbeat

 

Violons Barbares, Wolf’s cry – 
Auto-production

 

Ces trois-là étaient l’un des derniers coups de cœur de Didier Lockwood. Le regretté violoniste s’était associé à eux pour créer une sorte de confrérie des cordes frottées et admettait, hilare, à l’issue des répétitions : « J’en bave. » Il faut dire que le trio réunit un Mongol qui joue d’une vielle à tête de cheval et chante en sifflant et grondant, un Bulgare qui tourmente un violon à 14 cordes et un Français aux rythmes déstabilisants. Leur nouveau disque est à leur image : inclassable, débridé et survolté. Au paradis, Didier Lockwood l’écoute en souriant. http://violonsbarbares.com

 

Violons barbares, 
Wolf’s cry - 
Auto-production

 

A lire aussi : notre entretien avec Olivier Araste, chanteur de Lindigo

 

[En savoir plus dans AR42]

Partager
Écrit par
François Mauger
Voir tous les articles