Traversée de la cordillère blanche au Pérou - A/R Magazine voyageur 2019

Traversée de la cordillère blanche au Pérou

Cordillère blanche et cordillère noire

 

Au nord-ouest du Pérou, la bien nommée cordillère Blanche est séparée de sa consœur le cordillère Noire par un large couloir, le Callejon de Huaylas. Quand les traînes-rapières espagnols sont arrivés dans cette vallée, la bible sur le cœur et l’espingole à la main, ils ont été accueillis en libérateurs par les Huaylas, alors soumis aux Incas. Leur roi Kuntar Guacho alla même jusqu’à fourrer sa propre fille dans le lit de Pizarro pour qu’il en fasse sa concubine. Peut-on rêver amphitryon plus sympathique ? Si le malheureux souverain avait pu entrevoir l’espace d’un instant la somme d’abominations prête à s’abattre sur l’échine des populations indiennes, l’évangélisation à coups de mousquet, l’asservissement inhumain dans les encomiendas, les boyaux de mines où l’on crève d’épuisement, le cortège de maladies importées par les conquérants vérolés, il est probable qu’il eut été plus regardant sur la vertu de sa fille.

 

La fête des couleurs dans les rues de Carhuaz

 

500 ans plus tard, malgré une étrange tristesse qui subsiste dans les regards, c’est la fête des couleurs dans les rues de Carhuaz : les superpositions insensées des jupes indiennes, les collants fuchsia ou citron tirebouchonnés le long des mollets cuivrés, les cabas aux rayures bayadère garnis de fruits inconnus ou de gamins morveux, les chapeaux au feutre roussi et puis les glaces de Maximo Garcia. Vendues en sachet, au verre ou dans des cônes, les raspadillas, sorbets de glace pilée arrosée de sirops aux couleurs exubérantes, connaissent un joli succès en ce dimanche torride.

 

En 40 ans, les Andes ont perdu le tiers de leurs glaciers

 

Deux fois par semaine, Maximo et son âne partent sur les pentes du Huandoy arracher quelques blocs de glace afin de reconstituer les stocks. Pour combien de temps encore ? En 40 ans, les Andes ont perdu le tiers de leurs glaciers. En attendant, chacun savoure son cornet en lorgnant d’un œil tantôt admiratif tantôt inquiet les nevados qui surplombent la ville, sommets enturbannés de neige opalescente. Dans quelques jours, il faudra naviguer au cœur de ces espaces éthérés et vaporeux, pour un périple de funambule jalonné de pics mythiques et dont les noms sonnent comme les notes d’une flûte de roseau : Alpamayo, Chacraraju, Huascaran, Chopicalqui…

 

En savoir plus dans A/R 46

 

Plus d’infos sur : www.visitperu.com

Photographe : Christophe Migeon
Partager
Écrit par
Christophe Migeon
Voir tous les articles