Nationale 7, comme un goût d’Amérique

 

Derrière le cliché d’une route heureuse bordée de platanes, la Nationale 7 cache une identité plus riche et complexe qu’il n’y paraît d’abord. Ici, le soleil de la Côte d’Azur deviendrait presque californien …
 

La Nationale 7, je ne l’avais en fait jamais prise… aucun souvenir d’enfance, pas d’odeurs, pas d’images… rien. Pour moi, elle n’était au mieux qu’une vague chanson entendue chez une grand-tante pendant des vacances ennuyeuses, une reproduction miniature de la Route 66, simplement plus proche, plus accessible. Trenet la chantait pendant les Trente Glorieuses, mais ces années-là ne sont encore qu’une succession de photos un peu jaunies dans un album où je ne suis toujours pas né. Malgré cela, et dès les premiers kilomètres après la Porte d’Italie, il m’a semblé la reconnaître. Sur la route Tout l’imaginaire de la Nationale 7, les routiers, les platanes, l’odeur de la Côte, une certaine idée des vacances, tout cela m’appartenait. Car, dans l’imaginaire collectif, c’est encore elle qui représente le mieux l’idée française de la Route. Et c’est bien d’imaginaire dont il s’agit. Il n’y a qu’à écouter Trenet et sa chanson, qui la fait passer par la Bourgogne et atterrir à Sète pour se rendre compte qu’il s’agit moins d’une route réelle que de l’image fantasmée d’une certaine idée du bonheur. (…)

 

 

Lire la suite dans AR01

Photographe : Matthieu Raffard
Partager
Écrit par
Albéric D'Hardivilliers
Voir tous les articles