Comment AR finit l’année 2020 en beauté

L’année 2020 tire à sa fin, et disons le tout net, on ne la regrettera pas. Marre de conjuguer le verbe se confiner à tous les temps. Au printemps on se confinait; en automne on se confine; en hiver on se confinera, enfin on souhaite que non. Un certain Blaise Pascal, les pieds bien au chaud dans ses charentaises, a osé nous dire que «tout le malheur des hommes vient de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre ». Ainsi, il faudrait se réjouir de ne plus voyager ou du moins faire contre mauvaise fortune bon cœur et tirer parti de cette assignation à résidence.

Cher Blaise, sache que nous avons suivi ton conseil amical. On caressait l’idée de créer une chaîne de podcasts, on l’a fait. Désormais, le magazine a sa bande-son disponible sur toutes les plates-formes ou presque.

On voulait donner un coup de neuf au site internet, on l’a fait. Les rubriques, les textes, les photos s’y sentent plus à l’aise. De quoi nous rendre heureux, et cela sans bouger de chez nous comme tu l’énonces si justement.

On voulait lancer notre newsletter pour tenir nos lecteurs informés chaque mois de nos petites trouvailles. C’est désormais fait et vous pouvez dès maintenant vous inscrire sur notre liste de diffusion sur notre page d’accueil !

À propos de photos, on a eu le temps d’en revoir quelques-unes prises en Italie (Sud-Tyrol), en Égypte et à la Dominique juste avant le premier baisser de rideau et dans la Manche juste avant le deuxième. Vraiment, elles embellissent ce numéro 53. Alors, voici mon souhait : qu’elles vous donnent envie de voyager dès que cela sera possible, n’en déplaise à Blaise.

© Jeremy Suyker
Partager
Écrit par
Anne Chabot
Voir tous les articles