Amicalement Vosges

 

Écartons tout de suite un malentendu : ce n’est pas parce que mon beau-frère est natif de Saint-Dié que je dirai du bien des Vosges. Avant son mariage avec ma sœur, il faut bien le dire, je ne connaissais de la région que deux choses : les fameux bonbons La Vosgienne (d’ailleurs fabriqués en Espagne) et une petite rivière tristement célèbre appelée la Vologne. Après son mariage, je n’en connaissais malheureusement pas beaucoup plus, tout juste savais-je qu’il vaut mieux éviter de prononcer « Gérardmère » en parlant de la « Perle des Vosges ». Mais travailler pour un magazine de voyage a certains avantages, au premier rang desquels, eh bien, les voyages, justement qui non seulement forment la jeunesse, mais permettent aussi parfois de combler certaines lacunes. 

J’ai donc appris, entre autres choses, le terme brocotte qui, en plus d’évoquer le petit lait qui se forme dans une casserole après la cuisson, désigne aussi une neige particulièrement lourde, ou encore celui de sagard pour parler d’un scieur. Je sais maintenant aussi situer sur une carte le petit village de Laveline-du-Houx et le col de la Schulcht et, à mon prochain passage dans la région, j’échapperai probablement au ridicule en évitant de prendre les ballons des Vosges pour de petits verres d’alcool. Bref, rien que l’essentiel. (…)
 
 
 
 
Photographe : Matthieu Raffard
Partager
Écrit par
Albéric D'Hardivilliers
Voir tous les articles