A bord du Bernina Express, de Tirano à Coire. Reportage en Suisse. A/R magazine. Mai 2022.

Suisse : un grand tour en train

Avec ses trains panoramiques offrant des vues idéales sur des paysages idéaux, le réseau ferroviaire suisse est l’un des plus spectaculaires du monde. En voiture pour un Grand Train Tour of Switzerland.

A bord du MOB Goldenpass PANORAMIC pour Château d’Oex.

Le Grand Train Tour of Switzerland combine les plus belles lignes panoramiques dans un itinéraire unique. Le nez collé à la vitre, vous découvrez les plus beaux paysages et les plus belles villes de Suisse. Des vignobles de Lavaux en surplomb du lac Léman aux sommets enneigés des Alpes en passant par les eaux turquoise du lac des Quatre-Cantons, des glaciers alpins aux palmiers se prélassant au bord du lac de Lugano… au total, huit itinéraires sur environ 1280 km, 11 lacs, 5 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO et 3 cols alpins : un voyage des superlatifs, une formidable expérience suisse ! Le circuit peut être réservé par étapes ou en totalité.

Le journalisme, c’est bien connu, ne s’intéresse pas aux trains qui arrivent à l’heure. Nous ferons ici une exception car, lors de ce reportage, nous allons prendre des trains, beaucoup de trains, pour faire le tour de la Suisse. Et devinez quoi ? Aucun n’arrivera en retard.

De Bovy à Mercury

Au départ de Lausanne, on commence par emprunter la ligne longeant la rive nord du lac Léman. C’est l’équivalent, pour les locaux, du boulevard périphérique parisien, l’itinéraire qu’on parcourt deux fois par jour pour aller travailler. Sauf que la vue est légèrement différente. On a les reflets du lac d’un côté et les vignobles en terrasse du Lavaux de l’autre.

Chez Eric et Bertrand Bovy, viticulteurs à Lavaux.

Tiens, grimpons un peu sur ces collines, à travers les petits villages nichés entre les vignes. Nous voici à Chexbres, chez Éric Bovy, l’un des 200 vignerons qui cultivent cette bande de 40 km de terre classée au patrimoine mondial de l’Unesco et abritant trois AOC (Lavaux, Calamin, Dézaley). Après la visite de la cave meublée de grands foudres de chêne décorés, on déguste un Chasselas nourri du soleil réverbéré par le lac et par mille ans d’histoire. Éric, quatrième génération de Bovy sur le domaine, nous parle goulument de son vin vif et frais. On boit ses paroles quand il évoque les liens entre ce terroir et la musique. Prince a écrit un morceau intitulé Lavaux, inspiré par une balade dans les parages. Quant à Freddie Mercury, il se faisait livrer des caisses de Saint-Saphorin, l’appellation du village voisin.

On pourrait rester des heures à siroter ce moment avec vue sur la France, de l’autre côté, mais il est temps de redescendre vers Montreux. Sur la Riviera, où il fait bon se balader (pour résumer : luxe, calme et volupté) trône justement une statue de Freddie Mercury. Il a enregistré plusieurs albums ici et l’on peut visiter le Queen studio, petit musée où une table de mixage permet de réaliser son propre mix sur des morceaux du groupe. Petit conseil : baissez tous les instruments pour entendre Freddie a capella : frissons garantis.

Montreux, sur les rives du Léman.

Cap sur le Pays-d’Enhaut

Quittons maintenant Montreux, mais pas n’importe comment. On saute dans le MOB GoldenPass Panoramic, le train qui grimpe tranquillement les pentes du canton de Vaud, surplombant le lac Léman avant de basculer dans la féérie alpine du Pays-d’Enhaut. Rien que le nom – Pays-d’Enhaut – signale l’arrivée dans un monde de poésie, éloigné des vilenies et de la bassesse terrienne. Ici, c’est la Suisse de carte postale, en mieux. Vaches aux cloches tintinnabulantes, fresque annonçant « Bienvenue dans la Gruyère », chalets finement ouvragés, drapeaux suisses baignant dans le bleu du ciel immaculé (le saviez-vous : avec le Vatican, la Suisse est le seul pays dont le drapeau est carré).

Descendons à Château-d’Œx (prononcer Chatodé), patelin niché autour de 1000 mètres d’altitude, fier de ses traditions, la dentelle et le papier découpé dont les motifs représentent avec un luxe de précision les scènes montagnardes d’antan. Château-d’Œx est aussi connue pour être la capitale de la montgolfière. C’est d’ici que Bertrand Piccard et Brian Jones sont partis pour le premier tour du monde en ballon sans escale en 1999. (Sachez que Mike Horn réside dans le coin, autant vous dire que, sous ses allures paisibles, Château-d’Œx est un repaire d’aventuriers.)

Chaque année, le Festival international de ballons voit converger ici des dizaines de montgolfières aimantées par les conditions locales, comme l’explique le pilote Max Duncomb. « J’ai accumulé plus de 30 000 heures de vol dans 32 pays, et c’est ici que je préfère voler. On a tout ce qu’il faut pour des vols spectaculaires, différents à chaque fois, en toute sécurité. » C’est, en somme, l’endroit idéal pour voir le Pays-d’Enhaut d’en haut.

La plus haute gare d’Europe

On remonte à bord du GoldenPass mais cette fois, dans une voiture Belle Époque, dont le décor nous projette tout droit dans l’imaginaire de l’Orient-Express. L’expérience est troublante : on a l’impression d’être en 1930 et on traverse la Suisse de 2022, dont le vert tendre des alpages semble taillé comme du gazon anglais. Pas une tige qui dépasse, ces paysages semblent avoir été photoshopés. On traverse ensuite Gstaad, bourgade de 3000 habitants dotée d’un aérodrome pour que la jet-set puisse atterrir dans un hôtel 5 étoiles au pied des pistes de ski, pas loin de l’ex chalet de Johnny. Quelques heures plus tard, voici Interlaken qui, comme son nom l’indique (même si vous n’êtes pas parfaitement germanophone), se situe entre deux lacs, celui de Thoune et celui de Brienz. Interlaken est le point de départ vers les montagnes mythiques qui surplombent la ville, l’Eiger et la Jungfrau.

Le Jungfraujoch – Top of Europe – Glacier d’Aletsch.

Pratique

Se déplacer

Depuis la France, en TGV Lyria depuis Paris : Bâle (3h05), Genève (3h10), Lausanne (3h40), Zurich (4h05), jusqu’à 6 allers-retours par jour par destination.

En Suisse, avec les CFF : Pour voyager confortablement dans tout le pays, Swiss Travel System (STS) a conçu un Swiss Travel Pass disponible en 2ème et 1ère classe : accès illimité aux trains, cars et bateaux, aux transports publics de 90 villes, aux trains panoramiques (avec réservation en sus) et de montagne (Rigi, Stanserhorn et Stoos), entrée libre dans plus de 500 musées.

www.suisse.com/billets

Plus d’infos : www.suisse.com

Les applis utiles 

Grand Train Tour of Switzerland 

Swiss Travel Guide 

Mobile CFF

Visiter

Vinorama, Rivaz. Pour découvrir l’univers des vins du Lavaux. Route du Lac

Domaine Bovy, Chexbres. Pour goûter les vins du Lavaux avec une vue imbattable (et vavec le vigneron). 

Terasse du Domaine Bovy, offrant une vue imprenable sur le vignoble de Lavaux, le lac et les Alpes.

Chaplin’s World, Crosier-sur-Vevey. Pour (re)découvrir la vie et l’œuvre de Chaplin, un formidable musée accolé au manoir où il a passé la dernière partie de sa vie. 

Espace Ballon, Château-d’Œx. Pour s’envoyer en l’air dans un ciel idéal.

Queen Studio, Montreux. Pour remixer l’œuvre de Freddie Mercury et ses potes.

Photographe : Jeremy Suyker

A lire la suite dans AR60

Partager
Écrit par
Julien Blanc-Gras

Né en 1976, Julien Blanc-Gras est un écrivain et journaliste-reporter.
Après des études de journalisme à Grenoble, il obtient un DEUG d’histoire puis une maîtrise en journalisme, puis à Hull en Angleterre.

En 2005, il publie au Diable vauvert, « Gringoland », qui conte un périple latino-américain et sera ensuite lauréat du festival du Premier Roman de Chambéry et « Talents à découvrir » des librairies Cultura.

En 2008, il publie « Comment devenir un dieu vivant », une comédie apocalyptique déjantée, puis « Touriste » en 2011, et « Géorama » en 2014.

Il a également séjourné aux îles Kiribati à l’automne 2011 pour réaliser son livre, « Paradis (avant liquidation) » (2013).

Voir tous les articles