Dick ANNEGARN – Folk talk

 

Après avoir chanté Bruxelles, Prague, Londres et bien d’autres lieux avec ses propres mots, Dick Annegarn en complet à rayures et une six cordes Gibson millésime de 1931 à la main est de retour pour chanter l’Amérique au travers de ses standards les plus emblématiques.  Bien sûr, l’anglais est de rigueur et l’exercice n’est pas exempt de périls dans la mesure où notre auteur-compositeur-interprète-guitariste ne s’est pas contenté de reprendre stricto sensu les morceaux. Accompagné du guitariste et réalisateur Freddy Koella et de chœurs féminins venant de  La Nouvelle-Orléans, il a réinterprété à sa manière et avec un accent définitivement non identifiable des morceaux comme Fever, Georgia on my mind ou encore Love me tender. Avec le talent des vrais bluesmen, il captive l’auditeur et lui fait vivre un moment intense, celui du retour aux sources de ces morceaux d’anthologie, en les décomposant et les recomposant, sans trop d’orgueil ni fausse pudeur. Le florilège des titres présents sur cet album est assurément celui d’un amoureux du pays des cow-boys et des Indiens, du mélange des genres et des gens comme du foisonnement musical qui en est issu. C’est en ex-éclusier éclairé, expert en finger-picking et en yodel aussi spontanés qu’improbables, qu’il se fait passeur de ces chansons un peu « bateau » par delà les courants, sur toutes les eaux du monde. 

 
 
Label : Tôt ou Tard

Partager
Écrit par
François Mauger
Voir tous les articles