Croatie – Sous le soleil exactement

 

Pag, une île désertique où rien ne pousse sauf les cailloux et quelquefois une jolie fleur. Zadar,  petite ville dalmate qui n’a pas à rougir de la comparaison avec Dubrovnik. Et puis Lošinj, Cres et Krk. Itinéraire en forme de carte de Tendre qui joue à saute-mouton avec les îles et les déclinaisons de la langue croate.

 
 
Impossible de dormir et je ne crois pas trop au vieux truc qui consiste à compter les moutons en train de sauter une haie. Y a-t-il d’ailleurs un seul mouton pouvant prétendre avoir franchi d’un bond un obstacle quelconque ? La réponse est non. L’animal est d’ailleurs bien trop préoccupé à tondre son pré pour envisager pareil exercice. Les gazelles sont beaucup plus bondissantes, mais je ne me résous pas à les compter alors que je me trouve en Croatie, un pays d’où elles sont notoirement absentes. C’est du moins ce que m’a dit un garde du parc national de Plitvice où j’ai fait halte avant de poursuivre mon chemin jusqu’à la mer. Son boulot, très sérieux, consistait à compter les ours, non pas pour s’endormir, mais  pour gagner sa croûte, mais revenons à nos moutons qui paissent en masse sur les îles éparpillées tout le long de la côte Adriatique avec pour conséquence la production pléthorique bien qu’artisanale de fromage de brebis. Chaque île a le sien. Curieusement, c’est sur l’île de Pag que l’on ose à peine qualifier d’île vu la poignée de mètres qui la sépare du continent et où à part les pierres rien ne semble pousser que l’on fabrique un fromage parmi les plus réputés, nommé sobrement paški sir, soit le fromage de Pag. (…)
 
 
 
Photographe : Alex Crétey-Systermans
Partager
Écrit par
Michel Fonovich
Voir tous les articles