Promontoire au col de Serviès. Monts d'Orb. Voie d'Arles. Hérault.

Sur la voie d’Arles


La voie d’Arles est la moins connue des quatre voies qui mènent à Compostelle. C’est aussi la plus sauvage, notamment lorsqu’elle traverse le Haut-Languedoc. Prenez votre besace et partez sur les traces des jacquets d’autrefois entre Hérault et Tarn.
Entre Lodève et La Salvetat-sur-Agout. 101 km et 4 jours.

Dans le lit du ruisseau de Saint-Georges au sud-est de Lunas.

La voie, mode d’emploi

Depuis les portes de la Camargue, la voie d’Arles s’échappe à travers la garrigue en direction des contreforts du Massif central, la Montagne noire et les Monts du Lauragais, se recueille dans la plaine toulousaine pour mieux s’attaquer aux vallons de la campagne gersoise et aux reliefs béarnais, avant la longue et pénible traversée des Pyrénées au col du Somport. Au total près de 800 km entre le royaume de l’olivier et les prairies d’altitude où cavalent les marmottes. L’affaire se négocie en près de cinq semaines.

Notre topo rando concerne l’un des tronçons les plus sauvages de la Voie d’Arles entre Lodève et La Salvetat-sur-Agout en 4 étapes.

Le départ se fait de la cathédrale Saint-Fulcran à Lodève. Nul ne connaît exactement le chemin historique. Le GR653, inauguré en 1990, tente de retracer l’itinéraire en dehors des routes et des grandes voies de circulation. Le balisage en rouge et blanc comme pour tous les GR est très soigné. Quatre étapes relient Lodève à la Salvetat-sur-Agout. La première jusqu’à Lunas s’élève à travers la garrigue avec de belles vues sur le lac de Salagou jusqu’au Puech Garde et le Col de la Baraque de Bral (611 m) avant de redescendre vers le village de Joncels, puis Lunas dans la vallée de l’Orb (7h15 — 27 km — +900 m). Puis vient la grande étape de montagne, Lunas — Saint-Gervais sur Mare à travers les Monts d’Orb et leurs forêts de chênes verts et de châtaigniers (8h15 — 28 km — +1120 m). Ne pas oublier le petit détour vers les ruines de Neyran avant de plonger vers Saint-Gervais. La troisième étape suit peu ou prou la rivière Mare avant de traverser le massif de l’Espinouse pour rejoindre Murat-sur-Vèbre (6h — 23 km — +950 m). Au milieu du trajet vers Castanet-le-Haut, vue sur les falaises d’Orque. Enfin, le chemin s’engage sur le plateau de Somail, longe les rives du lac de Laouzas et atteint la Salvetat-sur-Agout, terme de notre randonnée (5h45— 22km — +440 m).

Le Gravezon à Lunas.

4 points marquants

À travers les monts d’Orb

Le cers, ce vent sec du nord-ouest dont les Romains avaient fait un dieu, dévale des Grands Causses. Après le village médiéval de Joncels, le chemin s’élance à l’assaut de la grande étape de montagne du Haut-Languedoc à travers les Monts d’Orb, une grande bouffée de sauvage et de solitude. Les âmes se font aussi rares que les cours d’eau. Nous voici loin des hommes…

La ligne des Monts d’Orb depuis Joncels.

Le pays des châtaigniers

Le lendemain marque l’entrée dans le massif de l’Espinouse et la fin des influences
méditerranéennes. Il faut faire ses adieux aux chênes verts et aux oliviers. Place aux châtaigniers, l’arbre à pain des pauvres.

Vieux chataignier aménagé sous Castanet-le-Haut.
Chataigneriaie sous Castanet-le-Haut.

Statues taciturnes

La montée vers les hautes terres du Tarn s’émaille de grands lacs alanguis au soleil et d’antiques monuments, dolmens et statues-menhirs, ces curieuses stèles gravées figurant tantôt des femmes reconnaissables à leurs seins et leurs colliers, tantôt des hommes tenant un poignard ou un outil sur leur poitrine. L’absence de bouche leur vaut le surnom de « statues-muettes ». Un épais mystère enveloppe ces drôles de mégalithes de grès ou de granite. « On sait juste qu’elles ont environ 5 000 ans et que certaines ont été acheminées sur plus de 20 km, roulées sur des rondins », explique Charlotte Vidal-Cré de l’office de tourisme de Murat-sur-Vèbre. Certaines sont remarquables par leur taille comme la Pierre plantée de Lacaune haute de 4,50 m. Objets de culte ? Figures de chefs de clan ? « Difficile de privilégier une théorie plutôt qu’une autre. En tout cas, en l’absence d’urnes funéraires ou de restes humains, on peut dire que ce ne sont pas des stèles de sépultures. » Difficile de faire parler les pierres…

Statue-menhir de Laouzetto. Maison de Payrac.

Le martyre de Saint Sernin

Passée l’étape de Murat-sur-Vèbre, les paysages s’assagissent. La clameur des brebis énervées par la traite s’élève au-dessus des prairies. Le moindre ruisseau file désormais en direction de l’Atlantique… comme les pèlerins d’ailleurs qui après les collines du Lauragais rejoignent Toulouse et sa cathédrale Saint-Étienne.

MANGER ET DORMIR

L’Amourier.

Une chambre d’hôtes idéalement située sur les hauteurs de Lodève, non loin du
GR653, ce qui évite au moins 45 minutes de grimpette sans intérêt depuis la ville. Accueil chaleureux par Béatrice et Didier garanti. 80 € la chambre double, dîner 20 € par personne et 9 € le panier-repas.

Contacts : 06 84 19 58 51/ amourier-chambres-hotes-lodeve.fr

Extérieur de l’Amourier
Extérieur de l’Amourier
Chambre japonaise

L’Auberge Gourmande.

8 chambres en plein cœur du village de Lunas. Mention spéciale pour le restaurant en terrasse sur les bords du Gravezon. 67 € par personne (dîner, chambre double à 2 et petit-déjeuner).

Contacts : 06 12 05 29 97/ laubergegourmande.fr


L’Ortensia.

Un hôtel de six chambres très confortables au-dessus de Saint-Gervais-sur-Mare (à partir de 85 €). Les plats gastronomiques se dégustent sur la terrasse du restaurant face aux ruines du castrum de Neyran.

Plus d’informations : lortensia.fr

Terrasse de l’Ortensia
Carte de l’Ortensia

Et pour ne plus avoir mal au dos, la Malle Postale achemine vos bagages d’un hébergement à l’autre et transporte aussi les personnes. Dans le cas de notre randonnée, c’est la solution idéale pour revenir récupérer sa voiture à Lodève.

Transport de bagages sur la voie d’Arles à partir de 30 € par étape (tarif de 1 à 3 bagages, puis 10 € par bagage et par étape). www.lamallepostale.com

PLUS D’INFOS

Pour plus d’informations et d’autres idées de randos :
Hérault Tourisme
Tarn Tourisme.
L’Agence française des chemins de Compostelle. Cette association, au service des itinéraires jacquaires, préserve l’héritage culturel lié aux chemins et informe le grand public. Tél. : 05 62 27 00 05 / www.chemins-compostelle.com

Textes et Photos : Christophe Migeon

A lire dans AR61

Partager
Avatar photo
Écrit par
Christophe Migeon
Voir tous les articles