Maroc – La vallée heureuse

 

Dans le Haut Atlas, à quatre heures de route de Marrakech, il est une vallée heureuse, l’Aït Bougmez. Un camaïeu d’ocres et de bruns pour les villages nichés au pied des montagnes arides et une coulée de vert pour les cultures. Ici vit une petite population berbère qui sort lentement de l’isolement. Une rencontre pleine de charme.

 

 

Il est à peine six heures. Le petit village d’Agouti est endormi. La route qui le traverse est déserte. Au-dessus des maisons en pisé et du discret minaret, par-delà les crêtes fuselées des montagnes du Haut Atlas, la nuit se retire. Nous quittons Agouti sous le soleil naissant pour remonter la vallée des Aït Bougmez, littéralement la « vallée de ceux du milieu » située à quatre heures de route de Marrakech. Là vivent quelque 25 000 Berbères qui depuis des temps immémoriaux ont brodé sur une terre ocre irriguée par des ruisseaux descendus des montagnes une tapisserie d’un vert éclatant. Champs de pommiers, de noyers, de pommes de terre, de blé et d’orge s’imbriquent au pied des sommets éternels. « Jusqu’en 2001, la vallée était isolée par la neige quatre mois de l’année et quasi inaccessible, sauf à pied ou à dos d’âne, raconte Mohammed, notre guide. Il fallait en vouloir pour venir jusqu’ici ! Mais aujourd’hui la donne a changé »(…)

 

 

Lire la suite dans AR17

 
Photographe : Jeremy Suyker
Partager
Écrit par
Jeremy Suyker
Voir tous les articles