La tête en l’air, les pieds sur terre

 

Il est des hommes qui rêvent de voler. François Suchel, pilote de ligne chez Air France, n’aspirait lui qu’à pédaler. Atterri à Canton, il a fait la route inverse jusque chez lui, seul et à vélo. Oublier la frénésie et le confort des airs, quitte à mordre la poussière et goûter enfin à sa propre aventure.

 

Gamin il rêvait d’être pilote de ligne. Entre aventure et prestige. S’il y est parvenu, le rêve de François Suchel a fini par s’encrasser, abîmé par la routine des longs trajets d’Air France. Las de ces incessants allers et retours, de ces escales trop courtes, le pilote ne fait qu’effleurer ce à quoi il a toujours aspiré. « Je voulais vivre une aventure, mais je ne faisais que me déplacer ! ». Frustré de passer son temps à survoler le monde – au propre comme au figuré – sans jamais se poser, il décide d’entreprendre un projet insensé : pédaler entre Canton et Paris en suivant la ligne aérienne ! 10 000 km qu’un Airbus parcourt en onze heures et demie. Lui se donne huit mois. Huit mois à vitesse humaine pour « retrouver l’espace, le sentir dans mes mollets, le peupler de chairs, d’odeurs et de bruits, de langages intelligibles, de signes abstraits et de poésie ». Fini donc, le temps des coups d’œil furtifs depuis le cockpit, François veut découvrir cet itinéraire tant de fois parcouru mais dont il ignore tout. (…)

 

 

Lire la suite dans AR15

Partager
Écrit par
Sandrine Mercier
Voir tous les articles